Oreilles décollées

« Feuille de choux », « Dumbo »,….Les personnes aux oreilles décollées ont malheureusement entendu ce type d’expressions au travers des moqueries de leurs petits camarades… En intitulant son album « L’homme à la tête de chou », Serge Gainsbourg a tourné en dérision ce complexe et en a même fait un signe identitaire. Mais tout le monde n’a pas cette capacité et les oreilles décollées peuvent faire souffrir bien des enfants, des hommes adultes comme des femmes. 5 % des Français auraient les oreilles décollées et 1 à 2 % chercheraient une solution pour y remédier.

Dans le cas d’une oreille décollée, la partie concernée est le pavillon qui présente un défaut esthétique mais cela n’a aucun retentissement sur l’audition.

 

Trois anomalies classiques des oreilles sont répertoriées. Elles peuvent se présenter de façon isolée ou associée.

Le défaut de plicature de l’anthélix: c’est une absence  de relief du pavillon qui parait lisse. L’oreille apparaît comme trop lisse, déplissée.

 

L’hypertrophie de la conque : Le cartillage de la conque présente une taille trop importante ce qui projette l’oreille vers l’avant et qui accentue l’impression de décollement. 

 

L’hélix valgus ou décollement de l’oreille est lié à un angle rétro-auriculaire (entre le pavillon de l’oreille et le crâne) excessif.

Ces anomalies peuvent être présentes sur l’une ou les deux oreilles.

 

Une opération appelée otoplastie permet de corriger les oreilles décollées et les malformations souvent associées. 

Le but de l’intervention est d’obtenir un résultat symétrique, naturel et définitif de recollement des oreilles. 

Tout adulte présentant une anomalie peut se faire opérer. Chez l’enfant, il est en revanche conseillé d’attendre l’âge de 7 ans lorsque la croissance de l’oreille est quasi-achevée. Et il est conseillé d’éviter la période de croissance lors de la puberté.

L’intervention se pratique en général sur les 2 oreilles. Elle est rarement unilatérale.

Traitement

Réalisée par un chirurgien plasticien, l’opération des oreilles décollées ou otoplastie permet d’obtenir de très bons résultats esthétiques et ainsi gommer cette particularité anatomique susceptible d’être à l’origine de souffrances psychologiques et d’une baisse de l’estime de soi. Les oreilles décollées n’ont aucun impact sur la santé ni l’audition.

15 000 otoplasties sont réalisées en France chaque année avec une technique classique qui existe depuis les années 50 mais qui a été largement modernisée.

L’otoplastie permet de repositionner, supprimer et  remodeler le cartilage des oreilles décollées pour recréer des reliefs harmonieux.

 

Il est conseillé d’arrêter de fumer au minimum un mois avant et après la chirurgie pour ne pas perturber la cicatrisation ;

La prise d’aspirine est interdite au cours des 10 jours précédant l’opération ;

Avant l’intervention, le chirurgien réalise un examen des oreilles et des photographies. Un bilan sanguin préopératoire est effectué selon les prescriptions.

La veille de l’opération, les cheveux, le visage et les oreilles doivent être soigneusement nettoyés. Aucun bijou d’oreille ne doit être porté.

 

Il est recommandé de ne rien manger ni boire 6 heures avant l’opération en cas d’anesthésie générale ou locale assistée.

Le choix de l’anesthésie dépend d’une discussion entre le patient, l’anesthésiste et le chirurgien.

L’intervention peut être réalisée sous anesthésie locale ou générale selon la nature des anomalies du pavillon, la durée estimée de l’intervention, l’âge du patient et son état émotionnel.

L’anesthésie locale est réservée aux interventions courtes et aux patients peu angoissés par l’opération.

Gestes médicaux

L’intervention se déroule en plusieurs étapes :

Le chirurgien fait une incision dans le pli naturel de l’oreille, c’est-à-dire le sillon placé à l’arrière de l’oreille (ou sillon rétro-auriculaire), laissant une cicatrice à peine visible. La suture dans le pli permet de cacher la cicatrice. Parfois des petites incisions complémentaires seront pratiquées sur la face avant du pavillon mais elles sont dissimulées dans les plis naturels

Le cartilage est mis à nu par décollement de la peau puis le chirurgien procède à son remodelage. Il recrée ou améliore des reliefs naturels. Si nécessaire, une diminution de la taille de l’oreille peut être réalisée avec retrait de cartilage.

Le chirurgien procède à la plicature de l’anthélix (partie haute de l’oreille) puis au recul de la conque (partie creuse de l’oreille).  Il  ajuste l’angle rétro-auriculaire à l’aide de points profond pour placer l’oreille plus près du crâne et corriger l’aspect de décollement.

Les techniques utilisées peuvent se combiner : la technique de Stenström pour « râper » le cartilage et la technique de Mustardé et Furnas pour suturer (fils non résorbables).

Le chirurgien veille à la symétrie parfaite et à une harmonisation des oreilles avec le visage. Il finit par retirer l’excès de peau et suturer l’arrière de l’oreille avec du fil résorbable. 

L’intervention dure entre 45 mn et 1h selon les problèmes traités et le recollement unilatéral ou bilatéral. Le plus souvent, l’otoplastie est réalisée en ambulatoire (sortie le jour même).

Un pansement compressif est positionné et maintenu par des bandes élastiques autour de la tête. Ceci afin de limiter l’oedème et les ecchymoses, et de maintenir les oreilles en bonne position.

En fonction des anomalies à traiter, l’intervention dure de 30 mn à 1h30

 

Les suites opératoires sont simples.  Les douleurs sont modérées et calmées par un traitement antalgique. Parfois, le pavillon d’oreille reste sensible pendant plusieurs semaines.

Cette insensibilité est transitoire.

Les oreilles sont généralement gonflées avec des reliefs masqués par l’œdème, et parfois des bleus aparaissent.

Le premier pansement sera remplacé par un bandage plus léger, à garder quelques jours. Un bandeau de protection doit ensuite être porté jour et nuit pendant une quinzaine de jours, puis uniquement la nuit pendant 4 à 6 semaines. Le sport est déconseillé, de même que l’exposition au froid et à la chaleur intense (évitez le sèche-cheveux).

Les points résorbables tombent sous 2 à 3 semaines.

Durant cette période, il est recommandé de dormir sur le dos. Pour limiter le risque infectieux, il est également déconseillé de porter des boucles d’oreille et un casque (moto, vélo) durant 2 semaines et de coller à l’oreille votre téléphone (véritable nid à microbes).

Le résultat est visible dès le lendemain mais n’est final qu’après 3 à 6 mois. Les cicatrices mettront environ 12 mois pour s’estomper.

Le résultat est définitif et ne nécessite que rarement une retouche.  Si un léger décollement secondaire réapparait, une seconde intervention permettra de le corriger.

Étant située derrière l’oreille, la cicatrice est invisible.

Les risques

Les complications surviennent que très rarement :

En cas d’infection constatée par des douleurs et une inflammatoire du pavillon, un traitement antibiotique sera prescrit.

Des troubles sensitifs au niveau de la cicatrice disparaissent la plupart du temps

Une infection du cartilage du pavillon de l’oreille (chondrite) pouvant mener à une nécrose avec destruction du cartilage de l’oreille reste extrêmement rare. 

Les risques liés à l’anesthésie sont identiques pour toute opéartion.

Pour une hémorragie postopératoire qui entrainerait la formation d’un hématome, une ré-intervention sera nécessaire afin d’évacuer l’hématome.

Une cicatrice chéloïde peut se former à l’arrière de l’oreille mais cela reste très rare et souvent lié à une prédisposition.

Pour de plus amples informations