L'aspect peau d'orange du menton

Le menton, au même titre que les pommettes, évolue au rythme de nos émotions.
Un éclat de rire et il s’étire ; de la tristesse et il tremble ; de l’interrogation et il se plisse… Ces mouvements sont réguliers et non maitrisés. Le menton suit aussi l’activité quotidienne de la mâchoire. Or, avec l’âge, sa peau peut prendre l’aspect d’une « peau d’orange ». Car, la peau s’affine, s’assèche et perd de son élasticité. C’est pourquoi avec l’âge, l’harmonie globale du visage évolue : les joues et pommettes se creusent, certaines rides jusqu’ici inexistantes deviennent visibles, l’ovale et les contours du visage se modifient. Alors que la diminution de production naturelle d’acide hyaluronique provoque des rides, la perte de volume est une conséquence de la migration de graisse vers le tiers inférieur du visage et donc, le menton. Lorsque le menton se décharne, le bas du visage prend un air triste et sévère.
La peau d’orange, les rides, ridules et dépressions mentonnières sont les signes d’un vieillissement cutané certes inéluctable mais des traitements efficaces existent :

L’injection de comblement à l’acide hyaluronique ou au Radiesse® pour remplir la zone décharnée

Le traitement de la peau d’orange et des zones voisines (sillons labiomentonniers ou pli d’amertume) par comblement à l’acide hyaluronique

Un point de toxine botulique afin de relâcher le muscle

 

Dans le traitement du vieillissement, l’acide hyaluronique comble les rides et repulpe la peau alors que la toxine botulinique inhibe les muscles d’expression pour éviter les plis et donc les rides.

Les différents traitements possibles

L’injection d’acide hyaluronique ou Radiesse®(hydroxy-apatite de calcium)

Il s’agit d’une solution phare dans le rajeunissement du visage. Les injections de produits volumateurs permettent de redonner de la rondeur et donc de la jeunesse au visage. Les injections d’acides hyaluroniques ont une efficacité immédiate.
L’acide hyaluronique à injecter se présente sous forme de molécules agrégées les unes aux autres. Plus elles sont agrégées, plus le produit est dense.
Le médecin choisira la densité et la fluidité adaptées à l’acte. Un des avantages de l’acide hyaluronique est qu’il a une durée de vie limitée dans le temps. Naturellement présent dans notre organisme, l’acide hyaluronique ne risque pas d’être rejeté. Le produit est résorbable et s’élimine progressivement.
Le Radiesse ou hydroxyapatite de calcium est un produit de comblement qui bénéficie de nombreuses propriétés pour la peau. Une fois injecté sur la zone à traiter il ne migre pas, n’attire et ne retient pas l’eau et est totalement résorbable. Il se positionne comme un vecteur qui va soutenir et retendre la peau, et qui va attirer autour de lui les fibroblastes produisant du collagène.

Le lipofilling

Le lipofilling est une opération de chirurgie esthétique qui vise à remplir de manière définitive des endroits plats, affaissés ou asymétriques. Le principe consiste à prélever de la graisse dans une zone qui en est riche et à réinjecter les cellules graisseuses. Il s’agit de la propre graisse du patient.

L’injection de botox

Le traitement consiste en une injection de toxine botulique (botox) dans le muscle du menton.
Une injection induit un affaiblissement du muscle hyperactif, sans pour autant affecter son fonctionnement normal. L’observation des patients traités avec de la toxine botulique depuis 30 ans a révélé une non-toxicité et les accidents restent très rares.
Cette technique n’est ni dangereuse, ni définitive. La toxine botulique est appréciée car elle très peu toxique et donne un résultat modifiable puisque limité dans le temps.
Il peut être judicieux d’associer les injections de botox à des injections d’acide hyaluronique pour un résultat harmonieux au niveau esthétique et sur la durée.

Gestes médicaux

Pour l’injection d’acide hyaluronique

L’acte se pratique en cabinet, sans anesthésie. L’injection n’est pas douloureuse car la seringue contient un anesthésiant.
Pour traiter la peau d’orange, le médecin privilégiera la technique de « nappage » qui consiste à diffuser le produit en éventail sous la peau. Cela permet d’éviter les poches ainsi que les boules et de retendre la peau. Un produit souple et fluide est idéal pour suivre les mouvements du sourire et de la mastication.
Le médecin réalise un point d’entrée latéral. Il y injecte le produit très réticulé à l’aide d’une canule en éventail et de manière retrotraçante. Il comble ainsi le pli mentonnier, la ride visible et toute la zone déprimée sous-jacente.
Pour remplir les deux creux latéraux du menton, qui se trouvent de part et d’autre du muscle Mentalis, le médecin réalise deux points d’entrée latéraux le long de la mandibule, en regard du pli d’amertume, juste en dessous de la bajoue.
Ces creux latéraux du menton sont caractéristiques du vieillissement en creux du visage. Leur correction harmonise particulièrement le visage. L’injection se fait toujours en éventail et de manière rétrotraçante.

Un menton vieillissant est fréquemment marqué par de petites dépression en « nids d’abeilles » ou en « dés à coudre ». Ces altérations peuvent s’atténuer avec un nappage de tout le menton. La technique utilisée consiste en de minis injections traçantes ou multi punctures avec un produit volumateur modérément réticulé (acide hyaluronique).
Un traitement par produit de comblement peut s’accompagner d’une injection de toxine botulique dans le muscle Mentalis du menton. Cela permet d’étendre le menton vers le bas et vers l’avant, de réduire la ride horizontale mentonnière et d’enlever l’aspect « peau d’orange « .

L’injection de botox

La toxine botulique est injectée avec une seringue dans le muscle du menton, au milieu. Le principe est le même quand il s’agit de remonter la pointe du nez qui tombe lorsque l’on sourit : une micro-injection de toxine réalisée au bout du nez rétablit l’équilibre.
Pour le menton, elle va se loger au niveau du nerf musculaire responsable de la contraction.
Les effets de la toxine botulique sont temporaires et nécessitent le plus souvent la prise d’anticoagulants.

Pour les suites, il est recommandé d’éviter les grimaces et mimiques durant les 24 heures suivant l’acte. La séance dure environ 30 mn.
Comme après toute injection, des ecchymoses peuvent apparaître durant quelques jours. Un oedème réactionnel peut survenir durant 48 à 72h. Il correspond à l’inflammation causée par le traumatisme de l’aiguille. Le médecin utilise une canule pour éviter les douleurs, limiter les bleus et réaliser un nappage d’acide hyaluronique homogène.
L’injection d’acide hyaluronique est contre-indiquée pour tous ces cas :
– femme enceinte ou allaitante,
– antécédents d’allergie à l’acide hyaluronique,
– infections cutanées en cours (herpès labial notamment),
– maladies auto-immunes non stabilisées depuis au moins 1 an.
NB : les anticoagulants oraux n’étant pas une contre-indication… il est déconseillé cependant de prendre de l’aspirine ou des anti-inflammatoires 7 jours avant la séance, sauf pour raison médicale.

Le lipofiling

Il s’agit de récupérer de la graisse du patient au moyen de fines canules d’aspiration dans des zones en excès (souvent le ventre ou les cuisses). Cette graisse est réinjectée au moyen de canules encore plus fines pour ne provoquer aucune cicatrice. Pour optimiser le résultat, la graisse est placée de la profondeur jusqu’à la surface. Un excès de volume est nécessaire car il existe une perte quantitative de la greffe (maxi 30%).
Des ecchymoses sont fréquentes au visage et ne durent que quelques jours. Le résultat final s’obtient en quelques semaines (8 semaines en moyenne). L’opération se déroule en clinique, sous anesthésie locale et en ambulatoire.
Le résultat est définitif contrairement aux techniques par injections de produits volumateurs.
Le rendu est naturel et de consistance souple.
Le lipofiling étant une greffe de cellules vivantes donc complètement biologique, il ne présente aucun risque d’allergie, de formations de coques ou de rejet.
En revanche, s’agissant d’une opération, un lipofiling nécessite une courte hospitalisation.

Pour de plus amples informations